jeudi 26 mai 2011

Was I ready for this?



Oh. My. God.
Hier, je redécouvrais le monde du théatre avec Charlotte. Etrange monde dans lequel je n'ai pas mis les pieds depuis un moment.
Amusée de regarder les gens, les habitués, ceux qui viennent là comme moi je vais à Super U. On évoque les pièces vues précédemment, on demande des nouvelles d'untel qui n'est pas venu ce soir.
Fascinée par la vie de ces gens que j'imagine pleine de sorties culturelles, de dîners mondains et d'expos d'art contemporain.
Pour moi, c'était la sortie de l'année (avec celle au confort moderne pour voir Laura Veirs).
Nous sommes donc allées voir Big bang de Philippe Quesne au TAP.
C'est Charlotte qui voulait voir ce spectacle, elle avait adoré "La mélancolie des dragons" et "l'effet de Serge" qu'elle nous a racontés mais, soyons honnête, j'avais déjà soupçonné un petit air loufoque.

Well, what was I expecting?

Des bactéries (ou des sacs poilus?) blanches qui naissent d'un amas de papier et qui glissent sur la scène dans un bruit de froissement. Bientôt rejointes par les mêmes en marron...une petite voix demande "est-ce que tout le monde est là?". Un homme préhistorique traverse la scène avec un arbre sur l'épaule, disparait dans les coulisses, on entend une tronçonneuse, et le voilà qui revient avec son bois coupé pour faire un trépied et allumer un barbecue dessous. Fumigènes. Toccata de Bach à l'orgue. Voiture renversée. Dialogues minimalistes. Accumulation de bateaux gonflables bleus et jaunes, de toutes les tailles, personnages en vert, personnages en chemise hawaïenne , en cosmonautes... Big Bang se termine sur une scène énigmatique où un amas de poils verts se promène sur la scène inondée d'eau.

Was I ready for that?


Je suis restée interloquée. Je comptais un peu sur Charlotte pour m'expliquer, elle qui avait vu les 2 autres pièces de Philippe Quesne. Après tout, mon éloignement du monde du théatre était peut-être responsable. Oui, c'est ça, le lien avait été rompu et le théatre avait changé sans moi. J'était out. Débranchée. Plus dans le coup.
En sortant, j'ai tendu l'oreille vers ce que disaient les gens, ceux dont je parlais au début de ce billet. Ceux qui sont abonnés au Tap et qui brillent dans les soirées mondaines. Quelqu'un disait "c'est le plus grand chef d'oeuvre de tous les temps".
Je comprendrai peut-être un jour. Quand j'aurai dépatouillé tout ça. J'envisage même de prendre un abonnement au TAP.


samedi 21 mai 2011

cerises




oh looks like red has become our favorite color these days...

Aujourd'hui, c'était le cueillette des cerises sur notre futur terrain qui a pris ses couleurs d'été. Sans vraiment en parler sur ce blog, nous sommes en pleine recherche de constructeurs pour notre future maison. Nous allons de déconvenues en découvertes, nous rencontrons des personnes passionnées, d'autres pas très fiables... Des prix exorbitants pour tous, des affirmations fausses, des promesses louches, des contradictions aberrantes dans des discours formatés que même nous, n'y connaissant rien, trouvons trop faciles .

Et nous dans tout ça? Nous passons nos soirées à dessiner des plans, des façades, des toitures, à compter les mètres carrés, à feuilleter des magazines jusqu'à l'overdose. Notre carnet de rendez-vous est plein, chaque rencontre nous ouvre d'autres perspectives, effaçant d'une traite ce que le précédent nous a dit.
On ne construit qu'une fois dans sa vie. Et quand c'est fait, on se dit qu'on ne recommencera plus jamais.

Pour le moment, on garde le sourire.

Et on mange des cerises de notre futur jardin.

mercredi 18 mai 2011

morceaux choisis


J'aime bien faire écrire mes élèves au moment de la fête des mères. Je leur lis toujours quelques petites histoires de maman pour les inspirer, et puis après...c'est le grand saut vers des textes qui parfois me clouent sur place.

Cette année, étant donné la difficulté de certains à produire 3 lignes, je dois dire que je ne m'attendais pas à grand chose. Oh bien sûr, certains ne sont pas allés au delà du "bonne fête maman, je t'aime", mais d'autres....mon dieu.... de rire, ou d'émotion, j'ai dû retenir mes larmes. Voilà qui laisse Biscotte perplexe. Et moi donc.

Morceaux choisis.

réducteur:
"Je t'aime maman, j'aime ton métier parce que tu fais nourrice".

admiratif (mais lucide)
"Maman que j'aime, elle est trop forte pour préparer le dîner, je te promets de faire des efforts à l'école"

intéressé:
"Tu es la plus marrante. Je pourrais faire du judo? ou de l'athlétisme? j'aime bien quand tu lis des histoires et quand tu ris".

flatteur:
"Maman, c'est Samuel qui t'écrit. Je t'aime bien parce que tu peins très très bien. Et tu décores archi bien le jardin et en plus il y a beaucoup de fleurs". (après avoir demandé ce que maman peint, il m'a dit, "des portes".)

Protecteur (et calculateur):
"Je t'aime maman, je t'aimerai toujours. J'aimerais bien que tu m'achètes pour mon anniversaire d'autres vêtements de moto cross. Je sais que je risque ma vie en moto cross mais c'est ma passion."

Poignant:
"Maman, je t'aime de tout mon coeur. Je te promets que je ne pleurerai pas avant d'aller chez papa".

fourre-tout:
"Maman, tu es jolie comme une brebis (J'ai un doute sur le mot....), j'aime bien quand on est allés voir "les Bodins" avec mamie et papa et aussi j'aime bien quand tu m'as acheté des cadeaux. Au prochain Noël, je voudrais avoir un cheval. Ton cadeau ce sera le Mc Donald pour ton anniversaire."

Classique:
"Maman je t'aime de tout mon coeur parce que tu es belle et intelligente. J'aimerais bien que tu joues plus souvent avec moi et j'aimerais bien faire la cuisine avec toi."

Lyrique:
"Maman, je t'aime comme les étoiles dans le ciel, et comme les nuages dans le ciel".

Adorable:
"J'aime bien jouer avec ma maman chérie. J'aime bien cuisiner avec ma maman. J'aime bien faire des gâteaux avec ma maman car j'ai 8 ans".

samedi 14 mai 2011

rouge!



Cette semaine derrière chez nous, un phénomène éblouissant s'est produit. Une marée déferlante de rouge écarlate, si incroyablement intense que des gens s'arrêtaient pour prendre des photos.
C'est bien sûr ce que nous avons fait aussi. Un matin de bonne heure, Xavier est parti immortaliser ces couleurs.

Nous courrons vers l'été. A l'école, on organise notre traditionnel voyage à la mer. L'expo des travaux des élèves. Les concerts de chorale.

J'adore cette période et vous le savez bien!


mardi 3 mai 2011

tellement classique



Tellement classique.
Tellement coloré.
Voici le Senecio de Paul Klee, étudié de près par les élèves de ma classe, en vue du projet de fresque sur les murs de l'école.

Pastels gras et fond au pastel sec étalé au doigt.

Grande satisfaction de maîtresse.

Et c'est pas tous les jours en ce moment.